Découverte des trésors de la Baie de Morlaix

Direction la Baie de Morlaix pour un week-end découverte! Cette baie est réputée pour être l’une des plus belles de France. Entre le Léon et le Trégor, la baie de  Morlaix offre un paysage remarquable ponctué d’îles et d’îlots. Terre d’art et d’histoire, le pays de Morlaix peut se vanter de posséder le plus grand cairn d’Europe mais aussi de nombreux châteaux et des cités de caractère. Nous avons décidé de loger à Morlaix même pour une question pratique car la ville est située à environ 15 minutes de plusieurs endroits que nous souhaitions visiter et il est très facile de se rendre sur les côtes! Notre logement Airbnb était vraiment très sympa avec sa terrasse surplombant le port. 

Même si nous n’avons pas eu beaucoup le temps durant ce court séjour de visiter toutes les villes traversées, nous sommes allés faire quelques courses et acheter des pâtisseries à Morlaix. Bon, pour l’occasion je n’avais pas mon appareil photo sur moi car il faut aussi savoir profiter de l’instant (je suis convaincue que c’est aussi ça les vacances) mais je vous recommande quand même d’aller faire un tour dans le vieux Morlaix et surtout de grimper jusqu’au Viaduc ! Les perspectives sont sublimes et la vue tout autant, là-haut on se sent tout petit et ça résonne énormément, c’est assez impressionnant ! Cette construction à double étage et quatorze arches mesure 58m de haut sur 285m de long. En se promenant dans la ville, on découvre des maisons à pan de bois de toutes les couleurs qui rappellent le passé de Morlaix.

Plougasnou

Les marchés sont nombreux dans la région et tous ou presque ont lieu à des jours différents de la semaine ce qui permet d’en faire plusieurs ou au moins un, même si on est en plein milieu de la semaine. Nous avons donc choisi Plougasnou pour cette première matinée!

Le centre de Plougasnou est vraiment adorable et le marché assez conséquent et surtout plutôt animé avec pas mal de monde ! C’est un bonheur de pouvoir consommer local et directement aux petits producteurs, pouvoir choisir, poser des questions, demander conseil, avoir cette proximité, ce contact humain.  J’aime encore plus les marchés l’été car ils nous réservent plein de petites surprises, on y trouve toutes sortes de produits. L’ambiance y est aussi bien spécifique, ce qui me rappelle aussi mes années d’enfance quand j’allais toutes les semaines au marché alors que j’étais au camping. Je retournais toujours au même étal de livres d’occasion pour acheter les précieux ouvrages que je finissais en une demi-journée voire quelques heures ! C’était mon plaisir à moi, avant de rentrer en grignotant quelques frites ou des abricots selon les envies.

Après le marché, nous décidons de continuer à explorer le secteur. Plougasnou regorge d’activités et de promenades.  Cette ville mélange le côté station balnéaire paisible avec ses grandes maisons qui longent la côte avec juste en face ce contraste sauvage de roches et pierres aux formes insolites. Plougasnou est aussi célèbre pour sa Pointe de Primel, un site protégé Natura 2000 que l’on rejoint en jouant les randonneurs par le sentier des douaniers. J’avais repéré cette endroit dans les brochures touristiques et j’avais hâte de voir ça en vrai. Pour ce mardi matin, nous sommes un peu triste car le temps n’est pas de la partie alors que le soleil était annoncé, il pleuvait sur le marché ce matin et le vent était glacial. Nous enfilons les chaussures de marche et cirés pour aller affronter les roches qui semblent presque des montagnes.

Pour nous, ce sera découverte en aventuriers plutôt qu’en randonneurs, on grimpe partout, on se faufile, on monte, on redescend, on sautille à droite à gauche. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à tenter de dominer les roches puisque le site semble être très prisé pour l’escalade ! Plusieurs sportifs sont en train de s’exercer et on repère çà et là des anneaux accrochés pour les grimpeurs. 

Cet espace rocheux a d’ailleurs été aménagé par les hommes pour se protéger des envahisseurs. Vauban y fait ajouter une batterie de deux canons qui complétait le système défensif de la baie, centré sur le château du Taureau en face. Je suis curieuse à l’idée d’imaginer toute cette vie au milieu de ces immenses rochers épars. Quand je comprends que Vauban a ici aussi laissé sa trace, je suis toute excitée de voir combien cet homme a marqué nos territoires. Chez moi il y a Tatihou et Saint-Vaast-la-Hougue avec sa célèbre Tour Vauban et je n’aurai pas cru qu’en venant jusqu’ici au milieu de ce granit, je découvrirai d’autres de ses constructions. Le passé de nos terres a tellement de choses à raconter! Napoléon fit ajouter à la batterie Vauban une « Cabane des Douaniers » De là-haut, la vue s’étend à 180°, du petit port de l’anse du Diben jusqu’à Saint Jean du Doigt.

A l’extrémité de la pointe, le chemin côtier nous mène jusqu’au Gouffre où l’on se trouve surpris devant une telle illusion d’optique : il s’agit en fait d’une grande faille qui sépare la pointe de l’îlot du Château. On ne peut donc y accéder et se sentir les rois du monde. Depuis le début je voyais le bout de la Pointe et je voulais y grimper, parcourir le tracé jusqu’au bout, jusqu’à ne plus pouvoir marcher et dominer la mer : et bien c’est raté ! Mais cet endroit fait le bonheur des grimpeurs et reste accessible à marée basse. L’îlot du Château était au 20e siècle relié au reste de la pointe par une passerelle pour les touristes en mal de sensations. 

Le soleil est revenu pour partager avec nous la traversée de la Pointe. Au bord du Gouffre, on décide de s’arrêter pour manger nos sandwichs, on est seuls au monde et ce moment est magique. Le soleil brille sur l’eau d’un bleu profond qui contraste avec les différentes teintes de vert des collines, les rochers eux oscillent entre le rose et le marron dans des teintes variées. Les fleurs sauvages semblent nous indiquer le chemin et le ciel bleu avec ses nuages coton embrasse le panorama.

Nous pouvons retourner sur la plage accompagnés par le soleil et ça c’est chouette ! Les paysages semblent soudainement avoir totalement changé. Nous continuons de longer la côte direction la plage de Saint-Samson où le temps se gâte à nouveau. Ce n’est pas un mythe : en Bretagne, il fait beau plusieurs fois par jour ! On décide de continuer malgré tout mais la grisaille tombe sur le paysage et il devient difficile de faire des photos. La balade est quand même chouette, on peut rejoindre facile la plage de Saint-Samson par les sentiers côtiers qui nous permettent de longer les rochers et voir la mer se déchaîner sur les rives. Depuis ce site, on peut facilement observer le Château du Taureau, les îlots de la Baie et les clochers de Saint-Pol-de-Léon. Finalement, en Baie de Morlaix tout semble si proche et si loin à la fois. Le Château est visible depuis de nombreux endroits toujours de manière différente, il semble être le seul point de séparation entre les deux côtes qui se font face. On s’amuse à chaque fois à se repérer sur les cartes et essayer de retrouver ce petit bijou d’architecture au milieu de l’eau.

On décide de rentrer en milieu d’après midi car le vent se lève en même temps que la pluie. Les vacances c’est aussi ça : pouvoir profiter d’un pied-à-terre, se reposer, savourer l’instant, ne pas courir après les paysages et surtout prendre le temps. En tant que passionnée de photographie, ce n’est pas toujours évident pour moi de renoncer à la prise de vue et on a toujours cette sensation de vouloir plus, de marcher plus, aller plus loin, parcourir plus de chemins, trouver de meilleurs points de vue. Mais finalement, il est bon de juste respirer l’air pur, regarder autour de soi, sentir les sentiers rocailleux sous ses pieds, resserrer un peu plus son col et ajuster sa capuche pour contrer la météo défavorable. Ne pas se plaindre, ne pas souffler, relativiser, laisser de côté l’aspect matériel de la vie et revenir à l’essentiel. Le soir, le soleil revient timidement et on peut profiter d’un festin sur la terrasse. J’aime cette lumière légère après le mauvais temps, comme si elle toquait à la porte discrètement pour s’installer doucement.

Coucher de soleil made in Pen-Al-Lan

Après ça, on reprend la route en direction d’une destination inconnue pour profiter du coucher de soleil. On décide un peu de jouer à pile ou face pour choisir de quel côté regarder le spectacle : ce sera la pointe de Pen-Al-Lan. 

La pointe est le lieu idéal pour profiter d’une vue panoramique sur la baie de Morlaix, face à l’Ile Louët et son phare et le Château du Taureau. Ce fameux Château que l’on voit depuis de nombreux point de la baie de Morlaix est une magnifique forteresse construite entre 1542 et 1552, qui servait à interdire l’accès de la Baie aux flottes ennemies. Reconstruit par Vauban en 1745, ce site fortifié a assumé les fonctions de défense, de prison, de résidence secondaire, puis d’école de voile avant d’être menacé par la ruine au début des années 80.

Aux côtés du Château, l’île Louët est un îlot rocheux emblématique de la Baie situé à 350m des côtes de Carantec. Son joli phare blanc n’est plus gardienné depuis 1962, année de son automatisation. Après rénovation de l’ancienne maison du gardien par la municipalité de Carantec, il est désormais possible d’y séjourner pour une ou deux nuits, chaque année entre avril et octobre.

La soirée est belle. J’aime rester là assise avec le vent qui me berce en regardant les lumières changer et les rayons se refléter sur le phare et la pierre dorée du Château. Plusieurs photographes se postent à divers endroits de la plage, trépieds en main à l’affût du cliché parfait. Moi je savoure le moment. Je me sens chanceuse de vivre ces instants. De les apprécier. Rien n’est plus efficace qu’un coucher de soleil en bord de mer pour vous rendre heureux et vous redonner toute l’énergie nécessaire à repartir du bon pied. D’ailleurs, à chaque fois que j’ai vécu ce genre de soirée, je me suis sentie sereine, épanouie, vidée mais apaisée à la fois. On a tous vécu cette sensation d’immense fatigue en rentrant de la plage, une fatigue plaisante. On va se coucher légers, débarrassés de nos tracas, on sourit bêtement en se nichant dans les oreillers.

Halte à Carantec

Après le coup de cœur pour la Pointe de Pen-Al-Lan, je voulais vraiment voir Carantec en journée et surtout pouvoir m’y balader un peu pour découvrir ses plages. Ancienne station balnéaire des années 1900, Carantec est connue pour son micro-climat dû à l’influence de la dérive nord atlantique, ses plages de sable et son patrimoine historique particulièrement riche. Ses plages de sable fin sont longées par 18km de sentiers côtiers très agréables qui permettent de profiter de la variété de paysages de la ville. En cette journée il y avait peu de monde, on a pu profiter des plages tranquillement malgré le vent. En effet, les plages sont très bien abritées du vent pour la plupart et elles sont vraiment très familiales, presque comme des petites criques secrètes.

Depuis la Grève blanche , on rejoint facilement la plage de Pors Pol, toute petite plage accessible par une petite cale pour descendre les bateaux. Attention, cette plage n’est accessible qu’à pieds et nombreux sont ceux qui tentent d’y accéder en voiture et peinent à faire demi-tour sur la petite cale étroite. Sur cette petite plage de sable et de rochers avec vue sur l’île Callot, on décide de pique-niquer seuls au monde. 

Après ce petit moment, on reprend le sentier jusqu’à la grande plage du Kelenn. C’est la plus réputée des plages carantécoises. Cette grande plage est idéale pour les familles, les baignades sont surveillées, elle propose de nombreuses activités avec notamment un plongeoir, douches, toilettes, parkings, cafés, restaurants, base nautique, kayak de mer, école de voile et aire de jeux à proximité. Sur cette plage, on découvre de jolies cabines de bain bleues et blanches qui nous rappellent bien évidemment les petites cabanes normandes de Barneville-Carteret.

Il me reste encore bien des choses à découvrir en Baie de Morlaix et j’espère y revenir très vite notamment pour découvrir l’îlot Callot, accessible à marée basse! 

Laisser un commentaire

Fermer le menu