Partir sur les routes de la Bretagne du Nord

Aujourd’hui, je pars vers la Bretagne du Nord pour deux jours d’étape avant le Finistère! Je suis une grande amoureuse de la Bretagne et dès que j’en ai l’occasion j’y retourne, si possible à des endroits que je ne connais pas encore. Pendant deux ans, j’ai fait des allers-retours régulièrement jusqu’à Saint Brieuc pour des raisons personnelles ce qui m’a permis de découvrir régulièrement la région ! N’étant pas très loin des Côtes d’Armor (environ 1h30 jusqu’à Saint Malo), j’ai aussi souvent l’occasion de me rendre dans ce secteur que j’aime beaucoup. C’est vraiment chouette de pouvoir se sentir dépaysée sans avoir à souffrir de longs trajets en voiture!

Arrêt à Plouër-sur-Rance

Direction Pléhedel tout près de Paimpol pour retrouver de la famille. Depuis la Manche on compte environ 2h20. Puisqu’on part dans l’heure de midi, on décide de s’arrêter pour pique-niquer sur la route au hasard des endroits qu’on trouvera. Le soleil est avec nous et annonce un séjour vivifiant. Je suis excitée comme une enfant à l’idée de toutes ces nouvelles découvertes. Il n’est pas toujours nécessaire de partir loin pour avoir l’impression de se retrouver et de voyager. J’aime cette sensation de partir à quelques kilomètres, à quelques heures de chez soi et se sentir soudainement dans un endroit totalement différent, inconnu mais à la fois si proche. 

Avec le soleil qui nous appelle et la faim qui nous chatouille, on s’arrête un peu au hasard à Plouër-sur-Rance près de Saint-Malo! À Plouër, on découvre un lieu rempli de charme où les bateaux semblent faire la sieste sur une eau d’un calme olympien. L’endroit est paisible et il n’y presque pas de touristes, la végétation contraste avec le bleu de l’eau et la pierre des jolies maisons qui bordent le rivage. 

Saint-Quay-Portrieux

Une fois arrivés à Pléhedel, on met le cap sur Saint Quay Portrieux en baie de Saint Brieuc pour une petite balade sur le port. Saint-Quay-Portrieux est aujourd’hui le 6e port de pêche français et la capitale de la coquille Saint-Jacques en France. Le port de Saint-Quay-Portrieux est composé d’un port d’échouage (Le Portrieux) et d’un port en eau profonde (Le Port d’Armor). La construction de ce dernier débuta en 1988 et dura deux ans.

Depuis son port de renommée, la vue sur Saint-Quay est splendide avec une eau bleue profonde, les bateaux qui voyagent au gré du vent et les fleurs de printemps qui rajoutent de la couleur à ce décor de carte postale. Depuis la digue, l’horizon est infini et le vent qui secoue les voiles nous rappelle que la nature est reine et que nous sommes chanceux pour ce qu’elle nous offre. Je songe souvent à tout ça, à combien nous sommes petits dans ce monde et comme nous devrions respecter toujours plus ces terres. 

Souvent, quand j’ai la chance de voir de si beaux paysages et de vivre de si belles aventures, j’aimerai pouvoir imprimer toutes ces images et les montrer à mes proches. Pas seulement en photos mais en émotions : j’aimerais que ma mère soit là, qu’elle voit ce que je vois, qu’elle ressente ce que je ressens et la voir sourire. Juste sourire. Sentir qu’elle profite de l’instant autant que je le fais. Qu’elle est heureuse, là, maintenant. Sur le moment. Pour une durée indéterminée, juste tout de suite, pour cinq minutes. 

C’est important pour moi de rapporter de belles photos et pas seulement des cartes postales ou des clichés jolis, je veux raconter quelque chose, raconter mon quelque chose, mon expérience. Je veux montrer la beauté de ce que j’ai vu, pas seulement la beauté apparente mais aussi la beauté subtile, saisir cet instant, capter ce bonheur. La mer a cet effet sur moi, je ne sais pas si c’est le vent qui secoue mes boucles où le sel qui s’accroche à mon visage, les couleurs ou les odeurs mais je me sens moi-même comme nulle part ailleurs.

Plage de Port Moguer

Puisqu’on dispose d’un temps assez limité, on n’a malheureusement pas le temps de se promener sur les jolies plages de Saint-Quay. Ce joli port est en effet une station balnéaire très appréciée pour ses trois belles plages : le Casino, le Châtelet et la Comtesse. On prend la route pour Tréveneuc jusqu’à rejoindre la plage de Port Moguer à Plouha qui offre un très vaste estran à marée basse. De là-haut, la vue est parfaite dans ce contraste de bleu et vert.

Là-bas, le littoral se caractérise par de hautes falaises dont la pointe du « Bec de Vir » avec panorama sur la baie de Saint-Brieuc, et plusieurs plages et grèves. Les falaises sont longées par le « sentier des douaniers ». Plus loin, on poursuit donc la balade sur la pointe du Bec de Vir, le spectacle est grandiose! J’ai adoré cet endroit, au bout du chemin on découvre une eau paradisiaque d’où semblent surgir les falaises morcelées. Les petites fleurs champêtres çà et là donnent une atmosphère sauvage au décor.

Le Palus

Direction Le Palus, toujours à Plouah. Ouahou, j’ai adoré cette plage, quelle jolie découverte ! J’ADORE les plages de galets voilà c’est dit ! Je leur trouve un charme fou, le contraste avec la nature environnante, le sable, l’eau, les rochers, c’est tellement beau. Pour moi, les plages de galets ont quelque chose de tellement reposant, paisible, brut. Authentique. C’est fou d’imaginer comment ces galets sont arrivés là et comment la nature fait les choses non ? 

Lorsque la mer est basse, on y trouve une grande étendue de sable pour se balader. Pour les familles, sachez que la plage est très bien équipée et que plusieurs bars et restaurants bordent l’étendue de galets tout comme les parkings ! Depuis Le Palus, vous pourrez à gauche de la plage monter jusqu’à un sentier en corniche. Il vous mène jusqu’à la pointe de Plouha, point culminant de ces falaises réputées pour être les plus hautes de Bretagne (104m).

Paimpol

On a eu la bonne idée d’aller se promener à Paimpol dès le matin aux environs de 10h et l’atmosphère y est particulièrement agréable à cette heure de la journée : le port se réveille doucement, le soleil commence à pointer le bout de son nez et les lumières sont douces et légères. Les mouettes chantent et les voitures sont très peu présentes avant 11h. Sur les bords du port, les commerçants installent doucement leurs tables à l’extérieur et les quelques passants viennent prendre un café et savourer cette douceur de vivre. J’aime toutes les couleurs du port et des bateaux et cette ambiance intimiste. 

Dès le 15e siècle, La ville devient l’un des plus grands ports de pêche de la Bretagne. En 1852, un notable paimpolais arme une première goélette chargée d’aller traquer la morue sur l’Atlantique Nord au large de l’Islande. La grande pêche fera jusqu’en 1935 la richesse de ce petit port. Chaque année en février, une cinquantaine de bateaux s’en vont avec à leur bord entre vingt et vingt-cinq hommes pour de longues semaines de pêche. Le port se développe ainsi que les chantiers navals et autres voileries. 

Bien-sûr, cette gloire n’est pas sans sacrifices puisque les marins partent durant de longs mois dans des eaux glacées et hostiles avec parfois de vieux navires. Nombre d’entre eux font naufrage et meurent en mer… Je trouve ce passé fascinant quand on voit la sérénité actuelle du port et de ses quais… La Bretagne n’a vraiment pas fini de me surprendre!

Laisser un commentaire

Fermer le menu